Bienvenue sur le site Internet de la Revue Militaire Suisse !

Voici le site 2012 avec une refonte de la maquette du site et des rubriques qui le compose. Plus convivial dans l’utilisation, il propose toujours un contenu régulièrement actualisé, visant à informer un large public sur les questions de défense et de sécurité.

Revue Militaire Suisse 2014-2


- Edito : Gripen : Il en va de la sécurité
  de la Suisse !
- Eurosatory 2012
- Roquettes et missiles de demain
- Revue des revues
-  Le marché global de l’armement
-  Colloque sur l’armement au
   Sénat français
- Exportation et commerce d’armes de guerre :
   Esquisse du cadre juridique actuel
- Le Gripen, important pour la sécurité de la Suisse
  et durablement positif pour l’industrie
- GRPM : les industriels romands
  au service de la sécurité du pays.
- Permanences et mutations de
   RUAG depuis 1999
- Prises de position politiques sur le
  référendum du 18 mai 2014
- Gripen – Etat technique
- Le Gripen dans le monde
- Le Gripen comble des besoins
  opérationnels avérés
- Les Forces aériennes et la base aérienne de Payerne
- Le bataillon de carabiniers 14, sa devise: «Gagner!»
-  L’état-major du bat car 14 : « Toujours en pointe ! »
- La compagnie EM de carabiniers 14: «Servir!»
-  La compagnie de carabiniers 14/1,
   La Volante : « Plus vite, plus fort, plus loin ! »
-  La compagnie de carabiniers 14/2,
   La Royale : « La Royale, c’est La Royale ! »
- La compagnie de carabiniers 14/4,
   La Lourde: « Atteindre chaque but ! »
- Les intérêts géopolitiques des acteurs
   de la crise du Mali
-  SVO

Abonnez-vous

à la Revue Militaire Suisse

News en ligne

lire la suite
Cap David Menth, Pilote professionnel sur F/A-18 Décollage pour une mission de défense à bord de mon F-5 Tiger. Par mauvais temps, en volant dans ou au-dessus des nuages, les capacités limitées de mon système de navigation m'obligent à recevoir le soutien d'un contrôleur aérien qui me transmet par radio les directions à suivre pour rejoindre mon secteur d'engagement. Une fois arrivé, je suis en mesure de déterminer approximativement ma position et un contrôleur tactique surveille ma position tout en me donnant des informations sur la position des appareils alliés et ennemis. Basé sur ces données, je me construis mentalement une image de la situation tactique avant que ne soit conduite une attaque. Pendant la première partie de l'interception je suis totalement dépendant du contrôleur tactique car mon radar ne me permet en effet pas de détection à grande distance. Mon armement n'étant lui aussi engageable qu'à courte distance, je suis obligé de me rapprocher jusqu'au contact visuel de mon adversaire avant de pouvoir le combattre. Pour peu que ce dernier dispose d'un meilleur armement, je dois pour ce faire manœuvrer de manière optimale à de nombreuses reprises pour me protéger de ses tirs. Avec un peu de chance ou face à un adversaire mal entraîné, j'arrive enfin à une distance à laquelle, avec de l'expérience et le soutien adéquat du contrôleur tactique, j'obtiens un contact radar et ce peu avant de découvrir l'appareil ennemi visuellement. J'engage le combat et dois manœuvrer relativement longtemps, une fois encore sans erreur, afin d'obtenir une opportunité de tir. Le vol se poursuit avec une mission de police du ciel. La centrale d'engagement de défense aérienne a reçu une demande du contrôle aérien civil. Un avion semble avoir une panne de communications. Le contrôleur tactique m'annonce l'appareil à identifier et me guide tout au long de l'interception. Le guidage se termine environ 2 km derrière et 600 m plus bas que l'appareil qui vole dans les nuages. Je dois maintenant attendre de voir ma cible avant de pouvoir m'en approcher pour l'identifier. Mon radar de bord ne me livre pas d'informations suffisamment précises pour m'approcher d'avantage. Heureusement les nuages s'éclaircissent et je peux donc effectuer la mission d'identification. De nuit, le F-5 Tiger n'étant pas équipé d'un phare pour illuminer l'avion intercepté, un tel engagement aurait été impossible. Retour à la base, le plafond nuageux bas m'oblige à effectuer une approche aux instruments. Je ne dispose pas de système me permettant une approche autonome et suis par conséquent guidé par un contrôleur d'approche jusqu'au contact visuel avec la piste. Ce type de guidage étant moins précis qu'un système d'approche embarqué, je ne peux pas voler lorsque le plafond nuageux est très bas. Même type de mission, cette fois à bord d'un avion de combat moderne. Par tous les temps, les différents systèmes de navigation embarqués me permettent de rejoindre n'importe quel point, en suivant une route donnée et sans appui externe. Je connais en tout temps ma position exacte et dispose sur une carte digitale de toutes les informations géographiques et tactiques nécessaires à ma mission. Le contrôleur tactique m'annonce les différentes menaces en approche, que j'observe également représentées directement, ainsi que la position de mes alliés, sur un écran devant moi. Je suis en mesure de décider quelle est la meilleure tactique à adopter avant de déclencher l'attaque. A plusieurs dizaines de kilomètres le radar embarqué détecte les adversaires; je peux adapter la géométrie de mon interception et je peux désigner les cibles que je veux combattre par ordre de priorité. Grâce à mon missile radar actif je suis en mesure de combattre mes ennemis à plusieurs dizaines de kilomètres au-delà de la portée visuelle (BVR : beyond visual range); les particularités de ce type de missile permettent de terminer son vol de manière totalement autonome, je peux faire demi-tour avant d'être menacé par les missiles ennemis. Si malgré tout un appareil ennemi réussit à se rapprocher suffisamment de moi, un système de brouillage embarqué me protège jusqu'à ce que je puisse engager le combat et après quelques secondes de manœuvre, avec l'aide de mon viseur de casque, je peux engager mon missile à guidage thermique (infrarouge) à courte portée très agile qui tourne agressivement et détruit ma cible. La mission suivante est une mission de police du ciel. La centrale d'engagement a repéré un aéronef d'Etat étranger qui est entré sans autorisation de survol diplomatique (diplomatic clearances) dans notre espace aérien. Le contrôleur tactique m'annonce l'appareil à identifier, m'ordonne l'interception et m'indique une direction de vol initiale. Le radar de bord détecte rapidement mon objectif et je navigue dès lors de manière autonome, adaptant le chemin de vol pour une interception rapide. Equipé d'un capteur infrarouge et TV, j'ai la possibilité de commencer l'identification à plusieurs kilomètres de distance. Disposant d'un contact radar précis contenant de multiples informations comme l'altitude de vol, la vitesse de la cible ainsi que la vitesse de rapprochement, je peux me rapprocher à quelques centaines de mètres de l'avion à identifier et ce même de nuit ou dans les nuages. Dès lors les chances sont grandes d'établir le contact visuel avec la cible afin d'être en mesure de m'en rapprocher et ainsi procéder à son identification. De nuit grâce à un phare ou à des jumelles de vision nocturne (JVN) il m'est également possible d'effectuer cette mission. De plus comme l'avion est en liaison avec la centrale d'engagement par un système de liaison de données (Link 16), des images de ma cible prises depuis mon viseur de casque ou par le capteur infrarouge/TV y sont directement disponibles. Si nécessaires les images peuvent être transmises après le vol. Retour à la base. Grâce à différents systèmes de navigation embarqués il est possible, si les conditions météorologiques l'exigent, d'effectuer des approches aux instruments de manière autonome. La précision de ces systèmes et la présence d'un autopilote permettent d'approcher même dans de mauvaises conditions météorologiques. En résumé, là où le F-5 Tiger nécessite le soutien d'une station au sol, des conditions météorologiques favorables et de se rapprocher d'une cible avant de pouvoir la combattre, un avion moderne peut de manière autonome, par tous les temps, de jour comme de nuit et même à grandes distances, effectuer les missions de défense et de police aérienne qui incombent aux Forces aériennes. L'évolution technologique importante qui sépare ces deux générations d'avions de combat permet donc de garantir les missions, d'augmenter la sécurité des vols et d'assurer une défense efficace avec des pertes moindres contre des menaces potentielles actuelles. Comme l'évolution technologique ne s'arrête pas, il est indispensable que nos moyens de défense aérienne continuent à s'adapter afin de rester compétitifs. Le produit des Forces aériennes, la sûreté et la sécurité dans la troisième dimension pour la Suisse, dépend directement de notre capacité à nous améliorer sans cesse. D. M.
lire la suite
A l’initiative de Pierre Pascallon, un colloque a été organisé à l’Assemblée nationale sur le thème de l’avenir de la dissuasion nucléaire française face aux défis et aux changements géostratégiques d’aujourd’hui et de demain, le 9 décembre 2013. Le colloque s’est déroulé en quatre temps : la dissuasion nucléaire est-elle obsolète et ne faut-il pas la supprimer ? Faut-il au contraire la maintenir face aux lendemains incertains ? Comment peut-elle être adaptée ? Et enfin comme s’intègre-t-elle dans une architecture européenne ou globale ? Ce ne sont pas moins de 27 intervenants qui ont taché d’apporter leur réponse à ces quatre questions. http://www.rts.ch/la-1ere/programmes/en-ligne-directe/ Une dissuasion nucléaire obsolète et coûteuse, pour quoi faire ? Car la dissuasion nucléaire fait débat en France. L’ancien Premier-ministre, Michel Rocard, ne mâche pas ses mots pour « une arme inutile et dangereuse (…) aujourd’hui. » Il apporte son soutien à l’initiative Global Zero qui vise à la disparition de celle-ci. Il regrette qu’au moment où les présidents Medvedev et Obama ont évoqué cette possibilité, ni la France, ni la Grande-Bretagne n’ont réagi. Revenant sur l’histoire des relations complexes du Parti socialiste (PS) avec la dissuasion, il laisse entendre que c’est l’arrivée de François Mitterrand au PS qui change la donne. Michel Rocard admet lui-même admet avoir « changé d’avis deux fois en deux sens » car si celle-ci était utile pour se défendre contre la menace de l’Est et garantir l’indépendance stratégique vis-à-vis de Washington, il admet que cette stratégie avait, déjà alors, ses lacunes : « le tiers de nos cibles était sur l’Allemagne de l’Est. Si cela s’était su, notre diplomatie était foutue. » A fortiori aujourd’hui, il s’agit d’une « dissuasion sans cible. » L’ancien ministre de la Défense, Hervé Morin, a inauguré le colloque en annonçant qu’il « partage les idées de Michel Rocard » : le nucléaire fait immédiatement ressortir les mots « absurde, opaque et tabou, » un « sujet sur lequel il y a un œcuménisme total. » Il critique la récente Loi de programmation militaire (LPM) française, qui a réalisé une diminution homothétique plutôt que de constituer les éléments distincts dont la France a besoin aujourd’hui : • un corps expéditionnaire de 6-7'000 militaires, capable d’intervenir de manière indépendante ; • des « briques » pour la coopération au sein de l’Union européenne (UE). Hervé Morin demande : « Quel est le cas où nous aurons besoin de la ceinture et des bretelles ? C’est-à-dire les deux composantes nucléaires : aérienne et sous-marine ? » La question se pose donc d’une mutualisation, voire de « l’abolition complète de l’arme nucléaire. » Car « le Traité de non-prolifération nucléaire de 1968 ne tiendra pas sur le long terme, face à un certain nombre de pays émergents (…) plus riches et plus puissants que nous (…) quelque soient les succès diplomatiques avec l’Iran. » L’armement nucléaire est donc indépendant de la menace ; les raisons de son maintien tiennent davantage de la politique intérieure, du lobby et du (manque d’) évolution des mentalités. Il faudra bien trancher. Or « François Hollande a même accentué ce fait en allant visiter un SNLE peu après son élection, à la manière du monarque se faisant sacrer à Reims. » Jean-Marie Collin, activiste du désarmement, propose d’ouvrir rapidement des discussions en vue d’une mutualisation avec la Grande-Bretagne. Car l’arme nucléaire coûte très cher : 1 milliard d’euro par an pour son fonctionnement, 6 milliards à brève échéance pour la modernisation du missile de croisière ASMP. Il demande le gel de la mise en œuvre d’un nouveau missile lancé par sous-marin (SSBN) M-51, ainsi que l’abandon de la construction du développement de sous-marins nucléaires lanceurs d’engin (SNLE) de 3e génération. Le général de division (2S) Le Borgne présente la dissuasion en tant que « catéchisme imparable mais théorique. » Or l’efficacité de la dissuasion repose au moins autant sur des critères techniques que décisionnels. Or, de nos jours, peut-on imaginer un décideur occidental capable d’engager de telles armes ? Le général d’armée aérienne Bernard Norlain, de l’Institut des Hautes études de Défense nationale (IHEDN) évoque le « mythe de l’arme absolue » qui naît chez Renan. Il s’agit, pour lui, non d’une assurance-vie mais d’une « assurance-mort qui repose sur un pari : la responsabilité de l’Autre. » Il critique ainsi le discours lénifiant de l’indépendance et de l’autonomie stratégique. Yannick Queau, chercheur associé au GRIP de Bruxelles, critique les mythes construits autour de la dissuasion, à l’exemple du « minima » qu’on ne saurait définir. Il rappelle que la possession d’armes nucléaires n’a rien à voir avec le statut de membre permanent au Conseil de sécurité de l’ONU. Il critique enfin les lobbys industriels et militaires. Renoncer c’est décliner Philippe Wodka-Gallien, membre de l’Institut français d’analyse stratégique, répond que la défense conventionnelle coûte(rait) bien plus cher que le nucléaire. Le vice-amiral d’escadre (2S) Thierry d’Arbonneau, ancien commandant de la Force océanique stratégique (FOST), montre bien la problématique de l’abandon de la dissuasion dans le contexte d’un tir de missile russe au moment du sommet du G20 et de la crise ukrainienne, et au moment où la République populaire de Chine déclare unilatéralement une « zone identification aérienne » créant la contestation et la confusion de quatre Etats voisins. Il démontre que l’arme atomique a changé la position de la France dans la Communauté internationale, car « l’arme atomique donne le statut de grande puissance. » Bernard Sitt, directeur du Centre d’études de sécurité internationale et maîtrise des armements (CESIM), rappelle que le concept d’une « arme absolue » vient d’Alfred Nobel. Pour lui, le nucléaire compte quatre piliers que l’on ne saurait séparer : • La non prolifération ; • Le désarmement ; • Les applications civiles du nucléaire ; • La dissuasion. Il défend le Traité de non-prolifération nucléaire (TNP) dont le passé est « plutôt robuste. » Ce traité avait d’ailleurs été lancé, à son origine (1964), pour empêcher la prolifération en France et en Chine. Mais il met en garde contre la prolifération inexorable, motivée par le besoin de sécurité (1), la norme ou le statut de grande puissance (2), enfin par des motivations de politique intérieure (3). Et de conclure que tous les Etats « proliférant » sont la proie de crises majeures : Corée du Nord, Irak, Iran, Libye, Syrie pour ne citer que ceux-ci. Camille Grand, directeur de la Fondation pour la recherche stratégique (FRS), énumère les progrès techniques des vingt dernières années, afin de montrer que l’OTAN doit être en mesure de proposer, à moyen terme, un véritable système anti-missiles balistique (ABM). Les choix arrêtés sous l’administration Bush, d’un système basé à terre en Europe centrale, sont aujourd’hui remis en question. Le « pivot vers l’Asie » américain laisse donc une lacune béante qu’il s’agit de combler, techniquement ou politiquement. Et cet effort sera coûteux. Philippe Cothier, président d’honneur du Centre d’étude et de prospective stratégique (CEPS), appelle à un débat d’expert avant le débat public. Car « la doctrine ne tient plus. » Mais il met en garde contre l’abandon de cet outil stratégique : « Le pire qu’on pourrait laisser à nos enfants c’est un monde où l’arme nucléaire est dans les mains de la Corée du Nord, l’Iran etc et nous ne l’avons pas. » Le général de division (2S) Vincent Desportes, professeur associé à Sciences Po, rappelle que « ce qui compte, c’est l’équilibre. » Il existe un lien très fort entre les armes stratégiques et conventionnelles. On ne peut donc pas raisonnablement « sacraliser l’arme nucléaire » aux dépends des capacités conventionnelles. C’est la dialectique classique de Clausewitz entre vraie guerre (SOLL) et guerre réelle (IST). Il est donc nécessaire de trouver des adaptations : « la question taboue de la permanence à la mer doit être posée. » Peut-on imaginer davantage de coopération avec la Grande-Bretagne ? Doit-on remplacer les missiles chaque 6,5 ans en moyenne, soit deux fois plus vite que des armes conventionnelles ? Et de mettre en garde contre la constitution d’une nouvelle ligne Maginot… Bruno Tertrais, Maître de recherche à la Fondation pour la recherche stratégique (FRS) répond « on peut encore réduire. (…) C’est une question de choix politique ; mais jusque ici aucun chef d’Etat n’a accepté cette réduction. » Il prend la comparaison avec la Grande-Bretagne, où le système de navigation inertiel du SSBN Trident D5 équivaut au prix du missile M-51 français. Il avance également les arguments de l’adaptabilité de la doctrine, de l’inscription des armes nucléaires dans le droit international et dans le cadre du Traité de Lisbonne (article 46) sur la défense européenne commune. Pierre Pascallon évoque le thème de la « dissuasion concertée » entre Paris et Berlin, discussion lancée à l’époque de la crise des « euromissiles » du début des années 1980. A l’époque le Président Mitterrand ouvre la discussion avec son homologue le Chancelier Kohl, qui a entre-temps négocié la mise à disposition d’armes nucléaires américaines entreposées sur son sol. La « dissuasion concertée » puis « élargie » aux pays voisins est évoquée sous la présidence Giscard d’Estaing ; mais les membres de la Communauté européenne n’en veulent pas. Sous la présidence Chirac, la « sanctuarisation élargie » -une extension de la notion de riposte à une agression en Europe- conduit à des discussions sur le partage des tâches, notamment au sujet du Plateau d’Albion puis de la Force aérienne stratégique ; on évoque même une « double autorisation » pour l’engagement des armes atomiques. L’idée est de compenser la puissance économique de l’Allemagne avec la puissance militaire/stratégique française. Mais l’accueil européen est froid. En conclusion, « la dissuasion nucléaire, pour ceux qui y croient, n’est pas partageable. Et l’Allemagne ne s’intéresse pas à partager la dissuasion française. » A l’échelle européenne, « cela supposerait un seul Gouvernement / Etat fédéral européen. Nous sommes loin du compte. » A+V
lire la suite
12 février, 2014.- Le Centre français de doctrine et d’emploi des forces a fait paraître une étude, intéressante et à méditer, sur le rôle de la Bundeswehr lors de son intervention sur le territoire national durant des inondations de juin dernier. Du 2 au 19 juin, la Bundeswehr a déployé pas moins de 20’000 hommes sur le territoire allemand. Mai 2013, des précipitations exceptionnelles frappent d’Europe, saturant les sols et les cours d’eau. Une vague de 40 km de long et d’une dizaine de mètre de haut frappe l’Elbe et le Danube. 7 morts sont recensés, les dégâts sont estimés à 12 milliards d’euros. Heureusement, l’intervention rapide des forces civiles (pompiers, sécurité civile) et militaires permet de limiter les dégâts. La Bundeswehr a immédiatement mis ses moyens au service des autorités civiles. Les effectifs sont sollicités ainsi que des véhicules tactiques et engins du génie. Elle a rempli divers types de missions : renforcement des digues, évacuation de victimes, transport de matériels, mise à disposition de bâtiments (logement, accueil), nettoyage, reconnaissance. En terme capacitaire, cette intervention s’est traduite par 1’415 heures d’hélicoptères pour 4’268 tonnes de matériels transportés. Près de 2 millions de sacs de sable des dépôts de l’armée ont été utilisés; 2’900 lits de camps et autant de lits médicaux; 5’300 couvertures et 29 tentes; 400 pains d’explosifs; 2’300 tonnes de matériels ont été transportées par 143 véhicules militaires et 43 civils. La large dotation en moyens de transmissions Tetrapol a largement facilité la coopération entre moyens civils et militaires, révélant la bonne interopérabilité entre les systèmes d’information et de communication civils et militaires. L’emploi des hélicoptères a été déterminant, avec 29 machines au total, dont des NH90, ainsi que des avions de patrouille maritime. Apparaît également l’importance du commandement centralisé et de l’exécution Actualités Guillaume Belan
 

Les conférences pour la Paix – obsolètes ?

Les conflits évoluent. Leurs acteurs aussi. Au XIXe siècle et durant la première moitié du XXe xiècle, les guerres industrielles et mondiales étaient menées par des alliances de Nations, où la primauté du pouvoir Politique sur le militaire reposait sur une forte centralisation et une hiérarchie transparente. Pour mettre une fin à ces conflits, s’il était utile de passer par des intermédiaires, l’identité des signataires ne faisait aucun doute. La guerre froide et les guerres de décolonisation ont divisé les conflits en deux types : la « vraie » guerre que tous les états-majors et les opinions publiques ont imaginée, mais qui ne s’est pas réalisée ; et la guerre « réelle » qui avait lieu constamment dans le Tiers monde, généralement entre proxys. La crise de Suez démontre bien que seules les puissances nucléaires comptent. Et l’ONU parvient ainsi à dépasser la paralyse de son Conseil de Sécurité – par la création des « casques bleux. » Une solution pragmatique, qui repose avant tout sur l’accord des parties au conflit, sur le terrain. Les dernières décennies, cependant, nous ont montré un Conseil de Sécurité de l’ONU plus actif et résolu : pensons au Koweit (1991), au Kossovo (1999) ou à la Libye (2011). On peut donc penser que c’est à nouveau l’ONU qui détient les clés des conflits contemporains. Or le conflit syrien démontre les limites de cette interprétation : le Conseil de Sécurité est divisé, donc paralysé ; les conférences et les négociations de paix achoppent sur des questions fondamentales – de légitimité et de représentation. Les discussions parallèles (Track 2) sont confrontées aux intérêts d’autres Etats dans la région, qui soutiennent et alimentent le conflit. Enfin, les initiatives sur le terrain sont confrontées aux dangers des combats – comme le démontre l’attaque récente, au mortier, d’un convoi du Croissant rouge syrien. Les conférences de Paix, les Bons offices, ont-ils fait leur temps ? Sommes-nous capables de trouver des interlocuteurs légitimes et responsables ? Négocie-t-on la paix ou l’après-guerre ? Autant de questions qui se posent aux belligérents, à la communauté internationale, à nos diplomates. Les 13 et 14 février prochains, ces questions seront au centre des débats, lors de la 19e conférence internationale humanitaire, à Genève. http://www.webster.ch/international-relations/international-humanitarian-conference
lire la suite

L'armée autrichienne étranglée

Vu son budget annuel d'environ 2 milliards d'euros (0,6 % du PIB) et de lourdes dépenses engagées pour l'achat et la maintenance de 15 Eurofighter, de nombreux experts mettaient déjà en cause la capacité de l'Armée autrichienne à assurer ses engagements de base de défense du pays et de coopération internationale. Mais le nouveau gouvernement autrichien n'en a cure et a lancé un plan de rigueur qui touche tous les ministères. Cette fois-ci, la Défense ne doit contribuer qu'à hauteur de 63 millions d'euros pour 2014. Mais si la somme paraît minime comparée aux budgets français ou allemand, c'est un peu la goutte d'eau qui fait déborder le vase, pour une armée qui a déjà économisé 1,7 milliard d'euros les années passées et se présente comme étant au bord de la faillite. Le ministre autrichien de la Défense, Gerald Klug, n'a pas eu d'autre choix que de demander au chef de l’Etat-major général de lui présenter un plan d'économies «sans tabou».
lire la suite

Drones : l’industrie israélienne s’inquiète

Les responsables du ministère israélien de la Défense s'inquiètent de l'avenir de l'industrie des drones. Les coupes dans les budgets militaires mondiaux ainsi qu'une compétition de plus en plus sévère pourraient remettre en question les succès passés. En 2013, Israël a perdu deux contrats en France et les Pays-Bas ont, eux aussi, choisi le Reaper de l’Américain General Atomics. Et aucun gros contrat n'a été signé en 2013. Israel Aerospace Industries et Elbit, deux groupes israéliens, espèrent avoir plus de chances pour de prochains appels d'offres que doivent lancer prochainement l'Allemagne et la Suisse. Pour ces marchés, les industriels israéliens vont également se heurter à la dure concurrence du Reaper. Un nouveau rapport de force qui s'accompagne d'appels d'offres prévoyant désormais la fourniture de divers services, le transfert de toute la technologie et une étroite coopération pour la production avec des partenaires locaux. Pour faire face à ces nouvelles règles du jeu, les industriels israéliens font pression sur le Gouvernement pour obtenir davantage de licences d'exportation et l’assouplissement des interdictions de ventes à certains clients potentiels tels que la Chine.
lire la suite
© RMS 2012 - tous droits réservés -